Réunion de travail du groupe "Communs et comptabilité" sur les capitaux humains CARE

Ordre du jour

1. Les objectifs des travaux

- réunir des organisations matures / à la compréhension de CARE et désireuses de travailler en commun sur les capitaux humains à partir de leurs problématiques respectives

- construire une méthode et des outils pour définir - avec les porte-paroles de ces capitaux (salariés et bénévoles) et l'appui d'experts / partenaires de l'entreprise (inspection du travail (?), médecin du travail, assistante sociale, CARSAT,...) - les capitaux humains, et les actions de restauration et les actions de préservation

- réaliser un ou plusieurs tests

2. La sémantique

- capital dans CARE "un capital pour CARE est une "entité"(matérielle ou non, humaine ou non), employée et consommée (par l’organisation) dans son modèle organisationnel, dont l’existence est indépendante de l’activité de l’organisation (notamment de son utilité/productivité), et reconnue comme devant être préservée. Un capital est une"entité capitale", source de préoccupations. Il y a ainsi autant de capitaux que d’entités naturelles et d’êtres humains employés par une organisation" (CErcle des Comptables Environnementaux et Sociaux, CERCES)

- restauration / préservation : sur ce point, la méthode CARE n'est pas claire ; la proposition faite dans le cadre de l'expérimentation « Actypoles-Thiers » est de classer dans :

* restauration : les actions qui conduisent à mettre en œuvre le droit à l'emploi, donc à embaucher dans l'EBE, puis à maintenir en emploi en intervenant dans la sphère individuelle (désendettement, logement, aide à l'enfance, maladie,...); c'est notamment la mission d'une coordinatrice que nous avons embauchée début 2021 (également chargée de la formation et de l'évolution professionnelle interne et externe) afin de décharger au maximum les autres coordinateurs

* préservation : les actions qui relèvent de la responsabilité de l'entreprise

Cette distinction, née dans l'expérimentation TZCLD, a l'avantage de différencier ce qui relève de la dette de la Société que l'EBE prend en charge et dont le remboursement est assuré par la Contribution au développement de l'Emploi et ce qui relève de la dette interne propre à chaque entreprise (EBE et autres).

La réflexion sur la dette externe peut être intégrée dans la logique de la comptabilité écosystème centrée (complément à CARE, voir travaux de la chaire de comptabilité écologique) qui vise à comprendre le fonctionnement d'une organisation dans son environnement / territoire.

Cette distinction peut également est mise en œuvre dans d'autres contextes : droit à l'éducation (école ETRE), droit à la culture... Il faut voir si elle est opérationnelle pour distinguer les actions.

3. Définir les capitaux humains

Est-ce qu'on poursuit avec les trois catégories identifiées dans l'expérimentation « Actypoles-Thiers » (sécurité physique et psychique, sécurité économique, identité professionnelle) ?

4. Identifier les actions de restauration et les actions de préservation

Présentation des matériaux et outils existants : droit du travail, DUERP, questionnaires, baromètres,... TAE ?

5. Construire la méthode

- présentation aux salariés, bénévoles et partenaires

- entretiens (questionnaires), groupes de travail

- restitution

Espace de référence

Présentation de https://care-reference.netlify.app (URL temporaire), un outil de partage des retours d'expériences et de capitalisation.

Personnes impliquées

Daniel Le Guillou

Vice-président de l’entreprise à but d’emploi Actypoles-Thiers (Puy-de-Dôme) et chargé de la capitalisation au sein de l’association "Territoires zéro chômeur de longue durée"

Arnaud Levy

Co-fondateur de noesya, maître de conférences associé et directeur des études à l'IUT Bordeaux Montaigne

Organisations impliquées